Compte-rendu de la conférence « Créer une monnaie, ça rapporte? » du 05/12/2016

Contexte

Le collectif Monnaie Locale Lille est apparu fin 2015, à la suite de la projection du film Demain sous l’impulsion de Nicolas Gantois. Ce collectif considère la monnaie locale complémentaire (MLC) comme un outil pluripotent de (re)prise en main de l’économie par les citoyens et porteur de valeurs comme le respect de l’environnement, une consommation éthique, la création de lien social. Les actions de ce collectif répondent à deux objectifs : former, éduquer les membres du groupe à l’économie et au le fonctionnement des monnaies locales d’une part; d’autre part, informer leurs concitoyen-nes, donner une visibilité à leur groupe et à l’idée de monnaie locale. La conférence résumée ici est l’une de leurs initiatives.

La MEL souhaite que les citoyens développent une monnaie locale sur le territoire de la métropole, comprenant Roubaix, Tourcoing, Lille, Armentière et Villeneuve d’Ascq. Problème : une telle initiative ne fonctionne pas si elle est descendante ( cad mise en place par des élus puis proposée voire imposée au peuple), en témoigne le discret flop de la sol lilloise il y a quelques années. Avec l’aide de l’APES (Acteur pour une économie solidaire, association qui a activement participé à la mise en place de monnaies locales comme la Bou’sol à Boulogne-sur-Mer), la MEL étudie le terrain et démarche différents organismes (mairies, associations de commerçants, banques…).

La Mairie de Lille a saisi la balle au bond et lancé une concertation citoyenne sur la possibilité d’une monnaie locale lilloise le jeudi 8 décembre 2016. Cette première réunion fera l’objet d’un compte-rendu séparé un peu plus tard.

Créer une monnaie, ça rapporte ?

Orateur : Emmanuel Bultot. Ce jeune docteur en mathématiques, vulgarisateur et promoteur de la théorie relative de la monnaie (TRM), tient un blog sur lequel son livre, La TRM en détail, est disponible en téléchargement gratuit. Ainsi que le support visuel de sa présentation de lundi soir.

La théorie relative de la monnaie propose une monnaie dont le processus de création n’avantagerait personne. Ce modèle pourrait être adapté à une monnaie locale.

D’où vient l’argent ?

Contrairement à une idée reçue, ce n’est pas la Banque centrale qui crée l’argent : elle émet les pièces et les billets, mais l’argent physique ne représente qu’une petite fraction de l’argent qui est en circulation. Ce sont les banques privées qui créent l’argent lorsqu’elles accordent des prêts.

En conséquence, la création d’argent est un privilège des banques qui leur permet de s’enrichir (via les intérets) et de décider où va l’argent (puisqu’elles choississent à qui accorder des prêts).

La monnaie libre en deux mots

Emmanuel Bultot nous invite à imaginer un autre mode de création d’argent. Supposons une monnaie créée périodiquement, à un rythme constant. Supposons également qu’à chaque cycle de création, chaque individu, quel que soit son âge, son sexe ou son activité professionnelle, reçoive un dividende, c’est à dire un pourcentage x de la quantité totale de monnaie en circulation. La création de novo serait régulière, périodique (par exemple, une fois par mois), pour que chaque nouvel arrivant dans le système bénéficie d’un dividende.

Valeur de la monnaie

La monnaie est créée en continu pour que chaque nouvel arrivant bénéficie du dividende universel (DU). A chaque nouveau cycle, la quantité de monnaie en circulation augmente : cela crée de l’inflation, la valeur de chaque unité de cette monnaie diminue. Toutefois, la somme perçue par chacun n’est pas exprimée en unité mais en pourcentage de la valeur totale de la monnaie en circulation. Ainsi, la valeur du dividende reste constante.

Que se passe-t-il pour ceux qui sont arrivés les premiers et qui mettent tous leurs DU en épargne? Sur le long terme, la valeur de leur stock tend à diminuer jusqu’à atteindre une valeur moyenne. Elle ne passera pas au-dessous de cette moyenne, parce qu’ils continuent à percevoir un DU. Que se passe-t-il pour les nouveaux arrivants, qui cumulent petit à petit leur DU? La valeur de leur stock tend progressivement vers une moyenne. Elle ne dépassera pas cette moyenne, parce que la valeur du stock augmente de moins en moins vite.

En conclusion

Dans ce système, la monnaie n’est plus rare, elle est abondante. « Quelles seraient les conséquences de cette abondance? », nous interroge Emmanuel. « Cela changerait nos rapports à l’argent et au travail, puisque l’idée d’une monnaie libre va de pair avec la création d’un revenu universel. »

Quelques exemples d’expérimentations sur la monnaie libre cités par Emmanuel Bultot:

  • la monnaie M : une monnaie libre virtuelle. Il est possible de participer à cette expérience en s’inscrivant directement en ligne.
  • le Duniter : une monnaie libre qui ressemble au bitcoin
  • le sou mayennais : la monnaie est dématérialisée, mais l’expérience est concrête, elle a débuté fin 2016.

Laisser un commentaire

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Subscribe to this comment feed via RSS